10 conseils pour méditer deux fois par jour

Partager

Étude après étude, il est prouvé que la pratique de la Méditation Transcendantale (MT) deux fois par jour améliore la santé, la créativité, l’efficacité dans l’action. Mais la vie quotidienne et ses multiples sollicitations peuvent facilement faire oublier à quel point la régularité de la pratique est importante.

Pourquoi deux fois plutôt qu’une ? Depuis les années 70, la corrélation entre la réduction du stress et la pratique de la MT, matin et soir, est scientifiquement établie. Avec, comme suite logique, une meilleure résilience dans divers domaines (systèmes nerveux autonome et central, cardio-vasculaire, etc). Et selon David Orme-Johnson, pionnier de cette recherche, qui en dresse ici l’historique (en anglais), c’est aussi le constat subjectif d’une multitude de personnes. Si l’on saute une méditation, rien de grave, mais ça se ressent.

Les neurosciences nous disent aussi qu’il faut de 30 à 60 jours (les constats des chercheurs sont très divers !) pour installer une nouvelle habitude. D’où la préconisation de cocher sur un calendrier  vos sessions de méditation matin et soir pendant les deux premiers mois. Cela fait partie des recommandations toutes simples regroupées ci-après pour vous aider à établir cette habitude super-saine dans votre vie.

Voyez ce qu’en dit, par exemple, l’humoriste américain Jerry Seinfeld.

1. Assurez-vous que votre pratique de MT reste facile, sans effort

Vous prendrez naturellement le temps de méditer si c’est confortable et agréable. On ne le dira jamais assez : la Méditation Transcendantale (MT) est naturelle, sans effort. Éventuellement, si vous sentez le besoin de le vérifier, prenez rendez-vous pour une session de contrôle, gratuite (personnel ou en groupe), avec le professeur de MT de votre région.

2. Intégrez la MT dans votre routine quotidienne

Il est conseillé de méditer le matin, généralement avant le petit déjeuner, et en début de soirée, généralement avant le dîner. Voyez comment ancrer cela à votre propre style de vie.
Vous faudra-t-il : vous lever plus tôt ? Déplacer une activité afin d’avoir plus de temps le matin ?  Faire une pause à mi-journée ? Trouver un endroit calme avant de rentrer à la maison ? Ou encore ancrer la pratique de la méditation à une autre activité : le petit-déjeuner ou le dîner, une séance de sport, l’emploi du temps des enfants… Ce qui évite d’avoir une idée « flottante » du moment auquel placer sa méditation.

3. Fixez vous un rendez-vous

Tout comme vous le feriez pour une réunion, une date de dîner ou un rendez-vous chez le médecin, notez vos méditations du matin et de l’après-midi dans votre agenda. Essayez d’utiliser les notifications par SMS ou par e-mail pour vous rappeler qu’il est temps de faire une pause. Mais accordez vous une certaine flexibilité. Méditer deux fois 20 mn chaque jour ne veut pas dire toujours à la même heure.

Si vous avez une semaine particulièrement chargée (réunions, voyage, cours, etc), planifiez vos périodes de pause-méditation qui vous ressourceront pour les prochaines étapes de la journée ou/et de la semaine.

4. Ne retardez pas votre méditation pour trouver des conditions idéales

Vous n’êtes pas chez vous, mais on vous l’a dit et vous le savez : on peut méditer n’importe où, n’importe quand. Entre deux réunions, entre deux cours, dans un bus, dans un train, dans votre voiture (bien garée évidemment !), dans un lieu plutôt calme même s’il n’est pas vraiment silencieux.
Ne vous donnez pas de fausses raisons de manquer une session.

5. Méditez avec votre famille

Si d’autres membres de votre famille pratiquent la MT, choisissez un moment pour méditer ensemble, tous les jours ou certains jours de la semaine. Cela peut être un merveilleux moment en famille et encourager tout le monde à être régulier avec leur méditation.
Si vous êtes les parents de jeunes enfants et méditez tous deux, vous pouvez alterner vos temps de méditation afin que vous ayez chacun la possibilité de vous ressourcer.

6. Prévenez votre entourage

Faites savoir à votre famille, à vos colocataires, à vos collègues si vous méditez sur votre lieu de travail, que la MT est une partie importante de votre journée. Vous pouvez utiliser le signe :  «Méditation : ne pas déranger». Souvent, cela suffit pour obtenir leur assentiment.

 

7. Profitez des méditations de groupe

Vérifiez auprès du(des) professeur(s) de votre région, les horaires des méditations de groupe organisées, en présentiel ou en ligne. Méditer ensemble – même à distance – est souvent ressenti comme un coup de pouce, un encouragement à la régularité de la pratique. Vous pouvez aussi vous organiser entre amis pour méditer ensemble, sans l’assistance d’un professeur. Si d’autres personnes au travail pratiquent la MT, pensez à planifier des périodes pour méditer ensemble.

8. Trop occupé ? Reconsidérez votre emploi du temps

Vous ne voyez vraiment pas comment caser une deuxième période de méditation chaque jour ? Combien de temps passez-vous à surfer sur le net, à consulter Facebook ou vos messageries, ou autres occupations bouffeuses de temps et d’énergie ? Ne pourriez-vous pas écourter cela de 20 minutes pour les passer à méditer ? Essayez pendant quelques jours et voyez comment vous vous sentez. Beaucoup de gens rapportent que pratiquer la MT deux fois par jour est un gain de temps, car ils sont plus efficaces après la méditation.

9. Notez les points positifs

Avez-vous plus d’énergie ou d’endurance lorsque vous méditez deux fois par jour ? Êtes-vous plus efficace ? de meilleure humeur ? Comment sont vos relations ? Votre créativité et vos idées ? Prenez le temps  de noter les résultats que vous ressentez, cela peut aider à renforcer la régularité de la pratique.
Avez-vous essayé l’une des suggestions ci-dessus ? Quels changements remarquez-vous au travail, à la maison, dans votre santé, dans la vie ?

10. À vous de jouer

Régularité rime avec routine. Vous n’aimez peut-être pas cette idée. Pourtant c’est ce qui marche, on le sait, pour intégrer durablement les effets d’une démarche. Les athlètes, les musiciens, les écrivains, les grands chefs cuistots… ont leur rituel. Leur niveau de maîtrise est directement lié à la routine personnelle qu’ils ont adoptée. Mais c’est ce qui marche si ce n’est pas plaqué. Ancrer une pratique, une habitude, c’est aussi tester, ajuster, y mettre son grain de sel et de piment. Bref, la faire sienne, vraiment. A vous de jouer.

Partager

Laisser un commentaire