L’effet Cohérence de la Méditation Transcendantale

Partager

Êtes vous curieux de voir ce qui se passe dans la physiologie pendant la pratique de la Méditation Transcendantale ? Voici, en 2 minutes, une illustration de ce que signifie « faire silence intérieurement », « mettre de l’ordre », « faire baisser l’entropie ». Le tout naturellement, sans artifice, sans quoi que ce soit qui, de l’extérieur, vous guide ou vous contraigne.

L’image parle d’elle-même :  dès le début de la période de méditation, le cerveau droit et le cerveau gauche, au niveau frontal (en résumé, le cerveau qui « décide ») fonctionnent en cohérence.

Extrait des présentations du Dr Alarik Arenander (Brain Research Institute) (24 mars 2021)

L’électroencéphalographie (EEG) ou mesure de l’activité électrique du cortex cérébral, a l’avantage de présenter une image dynamique (non figée) du fonctionnement du cerveau. Ce n’est qu’une des façons – particulièrement expressive – de repérer l’impact, sur le système nerveux central, de la pratique quotidienne de la méditation.

L’Effet Cohérencetel que le décrivent de nombreuses études citées dans l’ouvrage de Wallace, Marcus et Clark – n’est pas l’apanage de quelques initiés s’adonnant de longue date à d’intenses périodes de méditation. Il est démontré chez les personnes ayant tout juste commencé la technique de la Méditation Transcendantale.

Dans des termes plus personnels, voici ce qu’en dit l’actrice américaine CAMERON DIAZ :

"il est 17h30, vous êtes fatigué, vous n'arrivez plus à penser, vous méditez 20 minutes et ce qui était éparpillé reforme un tout".

 

 

Partager

Laisser un commentaire