Au Pérou comme chez nous

172
0
Partager

Des Andes à l’Inde, d’un continent à l’autre, un même vécu de la Méditation Transcendantale ! Les mêmes ressentis, les mêmes effets à tous niveaux, physique, mental, comportemental, quel que soit l’arrière-plan culturel. Tel est le constat de l’étude effectuée au Pérou sur un petit groupe de méditants expérimentés et publié en septembre 2020 dans The International Journal of Indian Psychology.

Point de départ de cette étude, l’idée de confronter la théorie et les résultats concrets de la pratique de la méditation à un contexte culturel bien tranché. La civilisation Aymara, antérieure à celle des Incas, est fortement marquée par son implantation géographique dans l’Altiplano (les hautes montagnes de Bolivie, du Chili et du Pérou). On y célèbre notamment le travail de la terre dans le respect des lois naturelles au travers de la reconnaissance de la déité Pachamama (la Terre-Mère).

Le chercheur péruvien Javier Ortiz Cabrejos et ses collègues australiens Lee Fergusson et Anna Bonshek ont donc braqué leur projecteur sur les Aymaras de la région de Puno, proche du lac Titicaca. Région dans laquelle la pratique de la Méditation Transcendantale est devenue chose courante, y compris dans les écoles, collèges et autres instances officielles (administration).

 

La méthodologie de leur étude se veut fondée sur une approche holistique des effets de la méditation. Une approche inspirée par la tradition védique (Veda signifie connaissance, tradition dont relève la Méditation Transcendantale)  selon laquelle le développement de la conscience est considéré comme le « prime mover » (le principe moteur) de la vie sous tous ses aspects manifestés (corps, esprit, intellect, perceptions, comportement, etc).

Les données de l’étude se basant sur des entretiens avec questions ouvertes ont été organisées thématiquement (16 thèmes) relevant de ces différents niveaux : conscience, physique, mental, comportemental et socioculturel. Ces données, par essence qualitatives, ont par ailleurs été confrontées à l’abondant corpus de recherche existant sur les effets de la Méditation Transcendantale.

Le groupe de méditants péruviens interrogés ainsi systématiquement était composé de 6 personnes d’âge moyen 39 ans, tous d’éducation supérieure (ingénieurs ou enseignants), pratiquant la Méditation Transcendantale depuis 10 à 20 ans (15 ans en moyenne). Selon la méthodologie adoptée, en accord avec la réglementation en vigueur en Australie (Australian Code for the Responsible Conduct of Research), l’étude conclut clairement à la similarité des bienfaits de la MT observés à Puno comme ailleurs, indépendamment des cultures et sur tous les continents.

A titre d’exemple, quelques descriptions d’expériences recueillies à Puno en relation avec certains des 16 thèmes explorés.

« Je ressens une grande joie, une joie intérieure. »
« Je suis plus conscient de ce que je fais. »
« Il y a une tranquillité, comme si tout était en harmonie. »
« J’étais colérique et irritable. Après avoir appris la MT, cela s’est considérablement amélioré. »
« La MT a amélioré ma capacité à me concentrer. »
« Avec la MT, j’ai développé des qualités de leader en moi. »
« Mon sommeil est bon, optimal. »
« Progressivement c’est devenu plus clair et maintenant je suis une personne très saine.» (ce sujet s’est libéré d’addictions). »
« Cela nous mène à une compréhension du but de la vie qui est de faire aussi le bonheur des autres. »
« J’accorde de la valeur à la culture de Puno. Le sentiment que Pachamama interagit avec la nature, cela a beaucoup de valeur pour moi. »

 

Pour consulter l’étude (en anglais) : The International Journal of Indian Psychology ISSN 2348-5396

Partager

Laisser un commentaire