Ayurveda et épigénétique

218
0
Partager

Comprendre les mécanismes de l’expression des gènes à la lumière des principes de base de l’Ayurveda. ET RÉCIPROQUEMENT. C’est l’objet de l’article Ayurveda & Epigenetics publié en décembre 2020, évoquant une médecine du futur qui tienne pleinement compte de l’impact du mode de vie et des facteurs environnementaux. Vous avez dit PRÉVENTION !

L’hypothèse est audacieuse. Ce que décrit maintenant l’épigénétique, à la pointe des découvertes de la biologie, figurait déjà – bien avant notre ère – au cœur des principes de la médecine ayurvédique. (Voir le schéma ci-dessous).

L’article publié en décembre 2020 par les Dr Hari Sharma et Robert Keith Wallace analyse ce rapprochement sous l’angle des divers facteurs reconnus comme ayant un impact sur l’expression des gènes. À savoir : le mode de vie et le comportement, l’alimentation et la digestion, le stress et les facteurs environnementaux.


Figure 1. ADN et fonction cellulaire et corrélation avec l’Ayurveda. ARNm, acide ribonucléique messager; ARNt, acide ribonucléique de transfert ; ADN, acide désoxyribonucléique. Modifié et réimprimé à partir de Sharma, H .; Meade, JG : Dynamic DNA (SelectBooks: New York, 2018), avec l’autorisation de SelectBooks.

L’épigénétique fait référence à la modification externe de l’ADN qui active et désactive les gènes, sans changement dans la structure de base de l’ADN. « Alors que la génétique correspond à l’étude des gènes, l’épigénétique s’intéresse à une « couche » d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule ou… ne pas l’être. » En résumé, l’épigénétique s’intéresse à la manifestation des gènes (ce que les biologistes appellent le phénotype) plutôt qu’au patrimoine génétique lui-même (le génotype).

L’Ayurveda distingue de même la constitution de naissance (en sanskrit, Janma Prakriti) de son expression éminemment changeante (constitution psychophysiologique, Deha Prakriti) soumise aux aléas de la vie (voulus ou non, dans un sens positif ou négatif, favorisant l’équilibre ou au contraire le désordre).

Selon l’épigénétique, les changements dans l’expression des gènes – provoqués par ce que l’on fait dans sa vie – conditionnent à 90% la vie de notre organisme (*). Une abondante littérature scientifique illustre désormais ces changements épigénétiques, liés par exemple, au régime alimentaire, à l’exposition à la pollution ou au stress. Dans nombre de cas, ces changements épigénétiques peuvent être inversés, fort heureusement, mais aussi être transmissibles (d’une cellule à l’autre, d’une génération à l’autre).

L’impact du stress et de son antidote, la méditation

Certains changements épigénétiques ont été corrélés à la dépression, de même que les sentiments de colère, de stress, de frustration et de peur. A l’inverse, la pratique de la méditation, reconnue comme antidote au stress, a prouvé (dans un contexte bien cerné) avoir un effet sur l’expression génique de la télomérase. (*) (Étude pilote menée chez des patients hypertendus, en associant la pratique de la Méditation Transcendantale à des modifications du mode de vie). L’Ayurveda a de tous temps présenté une compréhension intelligente de la méditation comme une technique de gestion du stress et de développement de la conscience.

L’article de Sharma et Wallace détaille ce que propose l’Ayurveda ancestral (étymologiquement, Science de la vie, et pratiquement, système complet de santé) pour maintenir ou rétablir l’équilibre (ou contrer le désordre) épigénétique. Et de conclure sur une note d’ouverture : « il est proposé que l’épigénétique soit un mécanisme important de l’Ayurveda. Cette corrélation et compréhension du processus de guérison et de maintien de la santé améliorera la compréhension et la communication entre l’Ayurveda et le système médical actuel. »

Pour consulter l’article :

Ayurveda & Epigenetics, par Hari Sharma (College of Medicine, The Ohio State University, Columbus) et Robert Keith Wallace (Department of Physiology and Health, MIU, Fairfield, Iowa). Publié le 11 décembre 2020 sur le portail scientifique Mdpi cet article fait partie du numéro spécial The Future of Medicine: Frontiers in Integrative Health and Medicine, édité par la revue médicale lituanienne Medicina.

 

*L’épigénétique est l’objet du livre Dynamic DNA publié par les Dr Hari Sharma et James Meade en 2018 (SelectBooks, NY). Pour un aperçu du contenu de cet ouvrage (en anglais), cliquer sur l’image.

(**) Duraimani, S. ; Schneider, RH ; Randall, OS ; Nidich, SI ; Xu, S. ; Ketete, M . ; Rainforth, MA ; Gaylord-King, C . ; Salerno, JW ; Fagan, J. : Effets de la modification du mode de vie sur l’expression génique de la télomérase chez les patients hypertendus : un essai pilote de réduction du stress et des programmes d’éducation sanitaire chez les Afro-Américains. PLoS ONE 2015 , 10 .

Partager

Laisser un commentaire